Le 10 juin dernier dans une vidéo, Luc Reynard développe ses choix dans le domaine de l’économie. 

Parmi ses projets, il met en avant la création d’une zone d’activité artisanale route de Crillon sur les terrains « Près de la Maïre ».

Cette proposition de création sur les « terrains prévus à cet effet » avait déjà été faite aux municipales de 2014. Au cours du mandat 2014-2020, des terrains ont été acquis sur le quartier des « Près de la Maïre ». Dont acte
La zone n’ayant toujours pas été mise en œuvre, la promesse de création d’une zone d’activité artisanale figure de nouveau dans le programme 2020-2026 de Luc Reynard. Sur le site de la liste, on peut lire que « la zone de la Maïre (route de Crillon) […] est le seul endroit possible, compte-tenu de la loi Montagne et des possessions municipales. ». Luc Reynard réaffirme ce choix dans la vidéo du 10 juin dernier

Cependant, à propos du choix du site d’implantation, nous pouvons nous poser plusieurs questions. Les terrains des « Près de la Maïre » seraient « le seul endroit possible » pour accueillir cette zone d’activité artisanale.

Mais, si tel est le cas, les prises de positions de Luc Reynard lors de l’élaboration du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT) ne sont-elles pas, pour le moins en contradiction, avec les affirmations passées et ses discours présents ?
En effet :
• Pourquoi dans son avis sur le projet du Schéma de Cohérence Territorial (courrier du 29 avril 2019 à M. Vève) qui inscrit le site parmi les zones d’activités économiques à venir (ZAE), le Maire indique-t-il que « l’implantation d’une zone d’activité économique quartier Près de la Maïre mériterait toutefois d’être approfondie ».
• Pourquoi dans son avis lors de l’enquête publique (page 81 du rapport d’enquête) écrit-il : « La commune ne souhaite pas que le projet de ZAE affiché vienne entrer en concurrence avec cette zone agricole dans laquelle un jeune agriculteur poursuit ses achats de terrains pour s’y installer, tout aussi vitale pour l’économie de la commune. Demande de bien vouloir retirer le projet tel qu’il est envisagé, mais demande également que le besoin en développement d’un projet ZAE reste identifié au SCoT ». Cette demande a été entendue, puisque le Commissaire enquêteur demande dans son rapport que les études soient « revues » et qu’une « autre localisation » que les terrains des « Près de la Maïre » soit « envisagée ».

Si nous en croyons ces propos du Maire, les terrains acquis des « Près de la Maïre » ne seraient donc plus ceux qu’il retient en avril 2019 pour créer la zone d’activité artisanale promise en 2014.

• Quels seraient les autres sites possibles ? Des terrains rétrocédés à la Commune Route des Granges par SIBELCO ?
• Ces terrains des « Près de la Maïre », propriété de la Commune, seront-ils revendus « au jeune agriculteur » ?
Mais pourquoi en 2020, ces terrains redeviennent-ils dans les discours du candidat Luc Reynard « le seul endroit possible » à l’occasion des municipales ? Des études ont-elles été conduites ?
• Que devient le projet du « jeune agriculteur » ?
• Les terrains des « Près de la Maïre » sont inscrits dans le Plan Local d’Urbanisme en « zone agricole/zone A », pourquoi ne pas annoncer la révision du PLU pour classer les terrains acquis en « zone d’activités commerciales, artisanales ou industrielles /zone UE » ?